menu

Comité du logement du Plateau Mont-Royal


Soutenir la défense collective des droits des locataires et des mal-logés du Plateau Mont-Royal et promouvoir le logement social comme une alternative au marché locatif privé.

Adresse
450, rue St-Hubert, bureau 328
Montréal (Québec) H2J 2W9

Téléphone :
514- 527-3495

Visiter le site Web

Le Comité du logement du Plateau Mont Royal (CLPMR) est un organisme de défense collective des droits en logement. Dans une perspective d’éducation populaire (et non de conseil juridique) et de défense collective des droits, il mobilise, accompagne et informe les citoyens sur les enjeux et les droits sociaux du logement.

Riche d’une longue histoire de luttes sociales et de mobilisation pour la défense des droits des locataires du quartier, le CLPMR est un organisme expert des enjeux sociaux reliés au logement. Depuis 1974, le Comité logement du Plateau Mont-Royal est un acteur de première ligne dans plusieurs luttes et actions.

Par exemple, et sans s’y limiter, le CLPMR a participé à la création de regroupements nationaux de défenses de droits et à la dénonciation du phénomène de rénovation urbaine au cours des années 1970; il sonne l’alarme et organise une coalition face à l’émergence d’un phénomène nouveau de copropriété durant la crise économique des années 1980; il soutient les résidents de l’Avenue Mont-Royal pour freiner le développement fulgurant de restaurants et de bars sur cette rue en plus d’avoir un impact politique sur plusieurs autres dossiers de développement commerciaux dans le quartier durant la même décennie, il soutient de nombreuses initiatives de mobilisation de groupes de locataires durant les années 2000 suite à la sévère crise du logement qui a sévi au tournant du nouveau siècle.

Le 30e anniversaire du Comité du logement du Plateau Mont-Royal, en 2005, sera marqué par la gentrification accélérée du Plateau Mont-Royal. La construction ou la reconversion de logements en condos bat son plein. Plusieurs résidents et résidentes sont la cible d’évictions par des propriétaires qui souhaitent augmenter substantiellement le coût de location de leur logement. Le phénomène est particulièrement préoccupant pour des personnes âgées dont le loyer se trouve en dessous du prix du marché compte tenu qu’ils habitent le même logement depuis plusieurs années.

Les années 2010 s’inscrivent tout autant dans la mouvance de la mobilisation et la lutte pour les droits des locataires. Le CLPMR est impliqué au sein de coalitions locales afin de forcer la Ville de Montréal à réserver des immeubles laissés vacant pour en faire du logement social. Le travail de défense de droits des locataires est critique dans le quartier, plus le quartier se gentrifie et plus les logements abordables disparaissent. Le manque de logements abordables disponibles est d’autant plus menacé avec l’influence du phénomène d’hébergement touristique de type Airbnb. Face aux enjeux de logements du quartier, le CLPMR réalisera des études et des assemblées publiques sur divers dossiers.

À l’aube de la nouvelle décennie des années 2020, le taux d’éviction des locataires est très élevé sur le Plateau Mont-Royal. Près de 24% des services individuels que le CLPMR réalise ont pour sujet la reprise, l’éviction ou la reconversion du logement. On constate l’apparition d’un nouveau phénomène : la réno-éviction qui se situe entre l’éviction pour agrandissement ou subdivision et les réparations majeures. Les propriétaires mêlent les cartes afin de se débarrasser des locataires qui, selon eux, ne paient pas un loyer assez cher. Le CLPMR décide de mener une recherche-action avec des locataires évincés.